La finance islamique : une reconversion professionnelle ?

 

Le potentiel de croissance la finance islamique est énorme puisque 40 millions de musulmans seulement sont clients d’institutions financières relevant de ce secteur alors qu’ils sont 1,6 milliard dans le monde et que pas mal de non musulmans sont attirés par les valeurs de la finance islamique. Car ce qui la distingue de la finance classique, c’est le respect de la charia, la loi islamique, qui interdit les taux d’intérêt, assimilés à l’usure, la spéculation, mais aussi les investissements dans des secteurs de l’économie jugés nuisibles à la société, les jeux de hasard, l’alcool, etc. Côté plus technique, le fait d’interdire les taux d’intérêt pose question : comment les banquiers se font-ils rémunérer ?

La chaine de télévision La locale nous propose un débat autour du thème : « la finance islamique peut-elle être un moyen pour une reconversion professionnelle? », avec la participation de Mme Sonia Mariji fondatrice de Noorassur, première compagnie en banque-assurance islamique en France, M. Mamery Diallo ex basketteur professionnel de la NBA, Directeur du cabinet « Kasko & Bima Assurance Rouen », M Guillaume Menard, ancien directeur d’agence Crédit Agricole, conseiller financier, responsable agence NoorAssur sud.

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *