Montrouge (92) et Bondy (93) : de la responsabilité des élus dans la discrimination

Les musulmans de Montrouge (92) sont dans la tourmente depuis quelques semaines, l’unique mosquée de la ville est menacée de fermeture. Le maire de Montrouge Jean-Loup Metton (UDI) par un arrêté municipale somme l’association gestionnaire du lieu du culte (AFM : Association Fraternité de Montrouge) de fermer la salle de prière pour non-respect des mesures de sécurité et par la même occasion invite les musulmans de sa ville d’aller prier ailleurs.

A Bondy (93), la directrice d’une école maternelle expliquait aux parents d’élève qu’elle n’acceptait pas que les enfants ne mangent pas de viande à la cantine « pour des raisons religieuses ».
 
Deux faits divers et distincts de la banlieue parisienne qui montrent un rejet des musulmans et un non-respect de leur culte par des personnes sensées défendre le vivre ensemble.
 
En invoquant des mesures de sécurité dans un cas ou la laïcité dans l’autre, in fini c’est l’islam et les musulmans qui sont montrés du doigt.
 
L’Union des Associations Musulmanes de la Seine-Saint-Denis (UAM-93) déplore ce type de réactions qui participent à la dégradation du vivre ensemble.
 
L’UAM-93 salue la réaction spontanée et républicaine de la Maire de Bondy Mme Sylvine Thomassin qui a désapprouvé le comportement de la directrice. Par ce geste la Maire de Bondy rappelle que le respect des convictions religieuses fait partie du socle républicain.
 
Concernant Montrouge, l’UAM-93 soutient l’AFM et son président Jamel Abdennasser Doghri. Cette association a décidé de défendre son droit de garder son lieu ouvert en utilisant tous les moyens légaux. L’AFM vient d’organiser une marche réussie vers la mairie de Montrouge et compte attaquer le maire devant la justice.
 
Ces deux faits divers nous rappellent qu’une grande partie des cas de discrimination envers les musulmans et d’entraves à leur pratique religieuse ont pour responsables des élus, dans le même temps un certain nombre de cas de discrimination ont été stoppés par une décision d’un élu.

Bobigny, le mercredi 1er mai 2013
Le Président de l’UAM-93
H. FARSADOU

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *