Birmanie : les musulmans en danger

 

En Birmanie, l’apprentissage de la démocratie se fait dans la douleur. Largement contenues sous le régime de la junte, les violences interreligieuses se multiplient depuis un an et ont redoublé d’intensité ce week-end.

Les premiers troubles ont éclaté le 20 Mars 2013 à la suite d’un banal conflit commercial survenu dans la ville de Meikthila, au centre du pays: le patron musulman d’un magasin d’or s’est montré très agressif contre deux vendeurs d’or bouddhistes venus lui proposer une broche en or. La broche s’est révélée être un faux ce qui a entraîné une altercation entre le patron de la boutique et les vendeurs.

Une foule de 200 personnes s’est alors rassemblée pour apporter de l’aide aux vendeurs d’or, commençant à démolir la boutique du vendeur musulman. Le conflit a rapidement dégénéré.

{youtube width= »570″ height= »400″}QkspFfEloQs{/youtube}

Trente deux morts avaient été dénombrés et de nombreux bâtiments parmi lesquels des mosquées ont été incendiées le 22 mars.

Le président Thein Sein a immédiatement décrété l’état d’urgence déployant des soldats dans la ville de Meikthila. L’armée a repris le contrôle de la ville, mais la violence s’est alors déplacée vers le sud, en direction de la capitale, Naypyidaw.

Une version contestée par les habitants qui accusent l’armée d’avoir laissé prospérer le conflit.

Source : Marianne

 

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *