Un élu maghrébin de Bondy (93) déféré au parquet

La Présidente du Groupe communiste du conseil municipal de Bondy a contacté l’UAM-93 pour nous annoncer que l’élu communiste a retiré sa plainte, estimant que les proportions prises par cette histoire étaient démesurées et ne méritait aucunement ce traitement.

Un élu de Bondy, soupçonné d’avoir proféré des menaces de mort contre des conseillers municipaux, a été déféré au parquet de Bobigny aujourd’hui et sera jugé en mai.

Nadir Kitatni, conseiller municipal EELV de 41 ans, avait été placé en garde à vue lundi en milieu de journée, après trois plaintes déposées par des élus. Il comparaîtra le 24 mai devant la 16e chambre du tribunal de Bobigny, accusé d’avoir proféré des menaces de mort contre des élus lors d’un conseil municipal le 22 mars.

Il aurait fait allusion à la tuerie de Nanterre, selon une source judiciaire. Le drame date d’il y a 10 ans: le 27 mars 2002, à la fin d’un conseil municipal à Nanterre, un des spectateurs, Richard Durn, s’était levé, avait braqué un pistolet sur les élus présents et fait 8 morts et 19 blessés.

Le parquet a requis son placement sous contrôle judiciaire avec interdiction de détention et de port d’arme.

Source : Le figaro

{dmotion width= »491″ height= »400″}xpr2xm{/dmotion}


Hollande à Bondy, Nadir Kitatni en garde à vue

Nadir Kitatni, élu EELV, de la majorité municipale PS-Verts-PC de Bondy (93) en dissidence depuis l’expulsion des Rroms du pont de Bondy, a reçu une convocation du commissariat de Bobigny à laquelle il s’est rendu à 13 heures comme exigé.
Il y est toujours et va probablement y rester pour une garde à vue de 24 heures car des élus du PS auraient porté plainte contre lui à la suite de menaces qu’il aurait proférées pendant le conseil municipal du 22 mars.

Son appartement a été fouillé par des policiers, avec la délicatesse qu’on leur connaît, à la recherche de stupéfiants et d’armes. Son épouse et sa sœur ont également été interrogées au commissariat de Bobigny.

Nous n’en savons pas plus pour l’instant.

Nous nous interrogeons sur la troublante concomitance de cette garde à vue avec la venue de François Hollande à Bondy pour l’enregistrement de l’émission du Bondy blog puis le meeting à la salle des fêtes.
Nadir avait appelé les jeunes à apporter au meeting leurs doléances, leurs CV, leurs demandes de logement… On aurait voulu l’en empêcher, qu’on n’aurait pas trouvé mieux.

Depuis des mois la maire Mme Thomassin, n’apporte pas de réponse aux questions que pose Nadir Kitatni. Toute « dissidence » étant considérée avec mépris, il se trouve aujourd’hui engagé dans un combat pour qu’enfin soient entendues ses critiques et ses propositions.

La surdité de la nouvelle maire et de son équipe, mais aussi du précédent maire (Gilbert Roger devenu sénateur) frappe toute l’expression démocratique.

Enfoncé dans ses réactions monarchiques, que veut le pouvoir ? Exaspérer la colère ? Pousser à des violences ?

Ce n’est pas comme cela qu’on résoudra la crise sociale dans les quartiers, la misère, l’insuffisance de logements sociaux, la difficulté à se soigner.
Mesdames et messieurs les beaux décideurs, tout ça crée de la peine, et même de la rage.
Vous ne l’entendez pas, vous ne voulez pas le voir, vous ne voulez pas y penser.
Les citoyens valent mieux et sont bien plus capables de gérer leur ville que ces professionnels intéressés qui prétendent vouloir changer le système qui les fait vivre.

C’est également ce que dénonce Nadir Kitatni.

Bondy, le 26 mars 2012

Xavier Blot et Dominique Pierronnet, co-présidents de Bondy autrement

Vincent Duguet et Hakim Kadri, conseillers municipaux Bondy autrement 

Source : MediaPart

 

Une pensée sur “Un élu maghrébin de Bondy (93) déféré au parquet

  • 4 avril 2012 à 0 h 49 min
    Permalink

    Aulnay bondy meme salades socialises!!!( sic)

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *