Said Bourarach ou le déni de la classe politico-médiatique

Le traitement médiatique des faits divers par les médias est caricatural. Deux poids deux mesures : Said Bourarach mort par une mort violente, une omerta totale des médias alors que quand des « jeunes » brûlent un bus, là on ose insulter tous les musulmans.

Zemour : « La classe politico-médiatique vit dans un déni de la réalité. Ca existe il faut le montrer », C’est à nous les musulmans de montrer la réalité.

{youtube width= »491″ height= »400″}3l2J4uVv984{/youtube}

 

 

 

3 pensées sur “Said Bourarach ou le déni de la classe politico-médiatique

  • 9 avril 2010 à 19 h 47 min
    Permalink

    Etonnés ?

    Il n’y a pourtant rien d’étonnant hélàs.
    Quand nombres de musulmans – arabes et noirs en majorité- meurent tabassés par des bandes de français de souche extrémistes, le seul écho que l’on puisse espérer avoir sera la rubrique « faits divers » dans les journaux locaux.
    Pendant ce temps là, la télévision et les médias(juifs) de France nous relatent qu’ici ou là quelques graffitis tapissent l’entrée des synagogues, et qu’une présence policière a été mise en place.
    Imaginez alors que ces mêmes meurtres soient perpétrés par des juifs extrémistes comme c’est le cas aujourd’hui pour Saïd (Paix à son âme) ?
    C’est triste mais nous n’avons qu’à implorer la justice divine si c’est la justice que l’on cherche parce que le mutisme de la part de cette pseudo 3ème force sera criant.
    Manifester violemment demain peut être une possibilité d’amener les projecteurs pour dire la réalité du meurtre de Saïd.
    Pour sûr, rien de plus efficace qu’une horde d’arabes et de noirs troublant l’ordre public et toute la meute des journalistes sera elle-même de la partie, et seront bien obligés de mettre en lumière les causes de ces sauvageons des cités.

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *