L’acharnement islamophobe
Écrit par Ilyess   
Mercredi, 16 Juin 2010 02:49

« Le droit doit évoluer pour nous permettre de lutter plus fermement contre certains comportements. La définition de la polygamie inscrite actuellement dans le Code pénal n'est pas adaptée à la réalité d'aujourd'hui » a déclaré Brice Hortefeux, l’irréprochable Ministre de l’Intérieur, des Cultes, des « Auvergnats » et des déchéances de nationalité. Pour l’emporter sur leurs adversaires, les tricheurs de la République en sont réduits à changer les règles du jeu au cours des parties engagées. Néanmoins, pour gagner les concours de bites et réaliser leurs fantasmes, ils vont sacrément devoir durcir leurs outillages législatifs. La difficulté va consister pour eux à élaborer ou aménager des lois qui pourront sanctionner la polygamie de fait, et son incitation par des mariages religieux ou coutumiers, sans pour autant condamner l’infidélité et l’adultère (1) qui appartiennent implicitement à l’identité nationale. A terme, l’hypocrisie et la trahison conjugale devraient donc officiellement l’emporter sur la franchise et l’assentiment matrimonial. Belle mentalité. Abstraction faite de toute arrière pensée islamophobe, il eût été fort étonnant que, dans nos sociétés aux moeurs dissolues, une affaire de ménage à trois (à quatre ou à cinq également) entre adultes consentants en viennent encore à choquer qui que ce soit. En clair, le droit ne doit évoluer que pour garantir l’impunité des charges islamophobes.

La polygamie illimitée a vécu de beaux jours en Occident et ce ne furent pas les traditions juive et chrétienne qui l’ont interdite complètement mais les parlements modernes (2). L’Islam est non seulement la seule religion à avoir limité à quatre un nombre d’épouses jusqu’alors illimité et à avoir assujetti les mariages multiples à une stricte égalité de traitement des épouses (3). Être ouvertement une co-épouse respectée est une alternative à une vie de frustration sans mari ni enfants, ou à une liaison illicite et cachée. Rappelons que les Musulmans et les Musulmanes doivent librement et impérativement donner leurs consentements aux mariages qu’ils contractent, sous peine de nullité. La première épousée a toute latitude de restreindre son mari à la monogamie, par promesse formelle ou contrat matrimonial, et les suivantes de refuser d’être unie à un homme déjà marié. Alors de quoi je me mêle ! Mais « il n’y a pas de quoi fouetter un chat » puisque la polygamie est quasiment tombée en désuétude chez les Musulmans contemporains. Les conditions à remplir par les candidats étant tellement difficiles à réaliser, ils préfèrent rester monogames.

Quant au fameux Lies Hebbadj, le Salafite (4) polygame à l’origine de l’excitation collective, on peut dire qu’en crachant en l’air il a oublié d’être malin. Avant de s’engager dans une partie de bras de fer avec les autorités, il aurait dû pour le moins s’assurer que sa situation fût d’un meilleur acabit (5). Pour pouvoir assurer la défense de sa conjointe « officielle »qui conduisait son véhicule revêtue d’un niqab et contester la contravention qui lui avait été infligée à cette occasion, il lui aurait fallu être irréprochable à tous points de vue. Mais, comme dirait Pépito « les couscoussiers font rarement dans la dentelle ». A décharge, sa prétendue escroquerie aux prestations sociales de la CAF ne tient pas. Celles-ci sont versées aux mères isolées (20% dans la société française et pas que des Musulmanes) et absolument pas à leurs partenaires. Et quand le Procureur en charge du dossier avance qu’en rassemblant ses quatre femmes sous un même toit elles auraient perçu moitié moins d’allocations, cela ne constitue-t-il pas une incitation flagrante et répréhensible aux relations polygames ?

Daniel Youssof Leclercq

1- En France, l’adultère a cessé d’être une faute pénale depuis 1975 mais pas pour le Code civil qui stipule en son article 212 que « les époux se doivent mutuellement fidélité ».
2- La polygamie n’est condamnée par aucune des grandes religions et, pour preuve, la plupart des Prophètes de la Bible ont été polygames. Dans l’Evangile non plus ne figure ni l’interdiction de la polygamie ni même sa limitation. Jésus y a cite en parabole le mariage d’un homme avec dix femmes le même jour, sans en souligner en aucune manière l’immoralité. La polygamie était admise par l’Eglise catholique jusqu’au 16ème siècle.
3- « Et si vous craignez de n'être pas exacts envers les orphelins, eh bien prenez des épouses, par deux, par trois, par quatre, parmi les femmes qui vous plaisent, - mais, si vous craignez de n'être pas justes, alors une seule, ou des esclaves que vos mains possèdent. Cela, afin de ne pas vous aggraver la charge de famille. » (Coran 4 :3). « Or vous ne serez jamais capable de faire l’égalité entre les femmes, quand bien même vous en seriez avides. Ne déviez donc pas d’un si complet dévoiement que vous en laissiez une comme en suspens. Mais si vous vous réconciliez et vous comportez en piété, alors oui Dieu demeure pardonneur, miséricordieux. » (Coran 4 :129).
4- Le salafisme est un mouvement sunnite revendiquant un retour à l'islam des origines, fondé uniquement sur le Coran et la Sunna. (Wikipedia)
5- Exploiter des salariés, au noir, clandestins de surcroît, risque de lui causer quelques tracas si les faits se vérifient. 

 

 

Ajouter un Commentaire


Nous contacter

UAM93 
Union des Associations Musulmanes
de la Seine-Saint-Denis 
Adresse : 23, rue Edgar Degas
93600 Aulnay-sous-Bois 
Tél. : 06 19 89 93 74
Tél. : 06 01 99 34 57
Fax : 09 55 36 29 66
Mail : contact@uam93.com

Article en Rapport


Liens commerciaux

Chroniques