Claude Bartolone (PS) m'a tuée !
Écrit par Ilyess   
Mardi, 06 Décembre 2011 03:29

Il paraît qu'à gauche on est pour la justice et l'égalité. Claude Bartolone, qui dirige le conseil général de Seine-Saint-Denis (Cg93), un bastion, a une conception très personnelle de l'égalité de traitement. Isabelle Ferreira, 42 ans, est entrée au CG en 1997. En 2006, elle est affectée à la gestion des arrêtés des frais de déplacement. Elle est témoin de nombreux dysfonctionnements. Elle apporte son soutien et son témoignage à une fonctionnaire victime de harcèlement.

L'année suivante, Isabelle subit les représailles de sa chef de service. Au point que la fonctionnaire de catégorie B tente de se suicider en avalant des médicaments, enfermée dans son bureau. Des collègues défonceront sa porte et les pompiers interviendront. Sa tentative est reconnue comme un accident du travail imputable au service. Elle croit que le président du CG va enfin prendre en compte sa souffrance. Pas vraiment. "Claude Bartolone me reçoit : on vous dit que vous travaillez bien, que voulez-vous de plus ?"

"On a des pressions"

"Je lui rappelle que j'ai été victime d'allégations mensongères par ma chef de service qui m'accuse d'avoir usurpé sa signature. J'aurais pu être radiée de la fonction publique si une enquête ne m'avait pas totalement blanchie. Alors, que comptez-vous faire pour la sanctionner ?

- Rien, me répond-il. On a des pressions.

- Elle aurait dû avoir au moins un blâme."

"Omerta"

Quelques mois après, Isabelle tente de nouveau de mettre fin à ses jours dans sa voiture garée au sous-sol du CG. Elle est sauvée par un syndicaliste de la CFTC qui l'aide dans son combat pour faire valoir ses droits. "Quatre plaintes pénales ont été déposées, et une au tribunal administratif, pour des faits de harcèlement au conseil général. Dès que la hiérarchie est mise en cause, c'est l'omerta. La dernière plainte déposée date d'il y a quinze jours", précise Pascal Brun, de la CFTC.

Isabelle n'est pas au bout de ses peines. Face à tant d'inertie, elle se décide à déposer une plainte au pénal. Elle demande la "protection fonctionnelle", c'est-à-dire la prise en charge de ses frais de justice par l'administration. Elle y a droit. Refusée. En revanche, lorsque sa chef, une fonctionnaire de catégorie A qui l'a accusée puis harcelée, contre-attaque "pour allégation mensongère", la protection fonctionnelle est accordée à cette dernière ! Heureusement que c'est un conseil général de gauche ! Une enquête psychosociale indique, parlant d'Isabelle Ferreira : "Elle ne peut composer avec la lâcheté. Son souci de vérité et de justice va devenir gênant pour l'organisation du travail, qui essaiera de la faire passer pour une malade mentale aux yeux des autres agents."

Record

Durant cette longue période, Isabelle n'a plus accès à son bureau, elle n'a plus de mission au conseil général. Elle est payée à rester chez elle, comme d'ailleurs près d'une quarantaine d'autres salariés du CG, comme l'avait révélé Le Canard enchaîné en 2010. "Le record est détenu par un agent qui a perçu son salaire durant sept ans et demi pour rester chez lui", précise le syndicaliste.

Claude Bartolone n'a pas donné suite à nos sollicitations.

Source : Par Aziz Zemouri  et Le Point.fr

 

 

Commentaires  

 
+1 #1 muslimaub 2011-12-16 02:23 le harcelement moral et physique au travail est un mal profond dans le monde du travail.et que la hierarchie professionnelle soit passive est ,malheureusemen t,egalement une mauvaise habitude.
par contre,mme Ferreira a ete affectee a ce service en 2006 soit sous presidence communiste..donc elle y a constaté deja des dysfonctionneme nts..seulement pour rappeler à mr Zemouri,que la lacheté en politique n est pas genetiquement liee a un parti politique..
de plus peut etre que mme Ferreira a constaté que l ancienne presidence (PC) organisait des "partys" en fin d annee,sur le dos des contribuables,e stimées à 1 million d'euros..
Citer
 

Ajouter un Commentaire


Nous contacter

UAM93 
Union des Associations Musulmanes
de la Seine-Saint-Denis 
Adresse : 23, rue Edgar Degas
93600 Aulnay-sous-Bois 
Tél. : 06 19 89 93 74
Tél. : 06 01 99 34 57
Fax : 09 55 36 29 66
Mail : contact@uam93.com

Article en Rapport


Liens commerciaux

Chroniques