A qui donc appartient la France ? Où commence et où finit l’identité nationale ?
Écrit par Ilyess   
Lundi, 22 Mars 2010 13:39

Qu’est-ce que c’est que cette manie des « Blancs (1) » de spolier les terres des autochtones à travers le monde en faisant comme s'ils étaient là depuis toujours ? Les colons européens ont occupé et pillé les contrées les plus diverses sur tous les continents et leurs rejetons sont encore à l’ouvrage aujourd’hui, ne serais-ce qu’en Irak et en Afghanistan. Ils ont exterminé la quasi-totalité des véritables Américains, autrement appelés Peaux rouges, Aztèques, Incas ou Indiens (à plumes) et se sont appropriés le continent tout entier. Plus récemment, les Nations Unies ont réimplanté (2) de facto les Juifs européens, persécutés par les Chrétiens nazis d’Adolf (3) et leurs collabos, en Palestine rebaptisée Israël, exhérédant (4) ses habitants et occupant illégalement leurs territoires (5). Sans antisémitisme (6) aucun, quel tollé cela ne déclencherait-il pas en Occident si des réfugiés s’installaient et prétendaient en être citoyens de droit sans passer par la case naturalisation exigée par le club des anciens !

Et en parlant d’ancienneté, on nous rebat les oreilles des racines judéo-chrétiennes de l’Europe (7) et de la France, mais il y a quinze siècles l’Hexagone s’appelait la Gaule, et ses habitants les Gaulois n’étaient ni Juifs ni Chrétiens. C’est du règne de Clovis 1er, Roi des Francs, à partir de l’an 481, que la France tient son nom. Elle s’est ensuite christianisée fanatiquement pendant des siècles à coup de sainte Inquisition et de Saint Barthélemy. Elle a bien failli être musulmane, au huitième siècle, quand l’Islam illuminait le monde civilisé mais, selon l’Histoire de France, le barbare Charles Martel en aurait décidé autrement. Quant aux Juifs, en très petit nombre depuis l’époque gallo-romaine, ils n’ont bénéficié de la citoyenneté qu’à partir de 1790, après la Révolution Française. Le concordat de 1801 (Napoléonien) (8), destiné à contrôler l’exercice public de la religion, n’a vécu qu’une centaine d’années. Cela n’empêche pas les actuels locataires laïcs (9) de penser qu’ils peuvent s'adjuger l’îlot France ad vitam æternam ; à la moindre entorse aux clauses du bail de 1905 (10), ils se révèlent plus ergoteurs, sectaires et hargneux que les religieux qu’ils abominent. La laïcité génèrerait-elle plus de bourriques qu’elle ne ferait d’émules ?

Les pseudos démocrates, ayant une trouille bleue que les rênes du pouvoir leur échappent, ont inventé l’intégration et l’arsenal répressif qui va avec, destinés à dominer ou à exclure ceux qui ont le mauvais goût de ne pas partager leurs moeurs. Nos voisins anglais ont trouvé le critère déterminant pour évincer de la citoyenneté britannique les ressortissants musulmans de leurs anciennes colonies, en éliminant tous ceux dont les grands parents ne sont pas
nés en Angleterre. Mais en France, il n’en va pas de même car, entre autres, un certain nombre de dirigeants politiques ne voudraient pas prendre le risque de s’exclure (11). À court d’arguments probants destiné à biaiser avec les « bougnoules », et à la veille des élections régionales, les cadors de la république ont eu l’idée lumineuse de déclencher quelques controverses électoralistes. Il ne faut pas être très futé pour comprendre que les débats sur la
burqa et sur l’identité nationale n’ont été suscités que pour accentuer le nationalisme, le tout sécuritaire et l’ostracisme. Tant qu’ils se réfugieront derrière le spectre de l’islamisme radical, les islamophobes républicains auront le champ libre pour décorer du croissant jaune le moindre Musulman qui contesterait leur hégémonie.

Cerise sur le gâteau, il a suffit d’évoquer le droit de vote des étrangers (hors CEE) aux élections locales pour assister à une levée de boucliers de la part des guerriers francs : « Si les émigrés veulent voter, ils n’ont qu’à opter pour la naturalisation » qu’ils disent, en faisant mine d’oublier qu’ils discriminent à l’embauche et disqualifient tous ceux qui n’ont pas le profil franchouillard, quand bien même ils prôneraient la liberté, l’égalité et la fraternité.

Daniel Youssof Leclercq

1 Étant moi-même blanc (plutôt rose d’ailleurs) j’ose espérer ne pas être taxé de racisme anti-blanc.
2 Les Nations unies ont adopté le 29 novembre 1947 la résolution 181 qui a partitionné la Palestine, occupée jusqu’alors par le Gouvernement britannique, en un État juif compact et un État arabe morcelé et disparate.
3 « Gott mit uns / Dieu est avec nous » était la devise chrétienne de l’Empire allemand et du 3ème Reich.
4 D’aucuns avancent que des esclaves juifs, ayant fui l’Egypte des Pharaons, fut-ce sous la direction du grand prophète Moïse, ne peuvent légitimement revendiquer, en tant que réfugiés, un droit de propriété sur la Palestine leur terre d’accueil.
5 Dans ses résolutions 242 et 338 inappliquées, le Conseil de Sécurité de l’Organisation des Nations Unies (ONU) a ordonné la restitution des « territoires occupés » et condamné l’implantation des colonies de peuplement dans ces mêmes territoires, lesquelles colonies sont en totale contravention avec la 4ème Convention de Genève.
6 « En dépit de l'étymologie du terme qui suggère que l'antisémitisme est dirigé contre tous les peuples sémites, Juifs et Arabes, en pratique il est utilisé pour faire référence à l'hostilité envers les Juifs comme groupe « religieux », « racial » ou « ethnique » (Wikipédia)
7 D’aucuns voulaient même graver cette référence dans le marbre du préambule de la Constitution européenne. (Sommets Européens de Thessalonique en juin 2003 et de Bruxelles en juin 2004).
8 Lois de 1801 et décrets de 1808 qui engagèrent successivement les cultes catholique, protestant puis israélite.
9 Concept philosophique marginal adopté par une petite dizaine de pays dans le monde sur près de deux cents (5%) et un ou deux en Europe sur vingt sept. Partout ailleurs des religions d’état et des concordats pas forcément moins tolérants.
10 La sainte loi de 1905 de séparation des Églises et de l'État.
11 Sauf erreur et omission et respectueusement, c’est de fraîche date que les Sarkozy, Copé, Balkany, Vals, Devedjian, Fabius, Strauss-Kahn et autres Balladur, ou leurs ascendants directs, ont bénéficié de la nationalité française.

 

 

 

Commentaires  

 
+1 #11 GAUTHIER MICHEL 2012-05-04 23:25 de tres bons articles à méditer gauthier michel marseille Citer
 
 
+7 #10 Denis Jaisson 2010-03-30 15:32 Les «racines judéo-chrétiennes» de l’Europe sont un concept à usage politique et culturel qui n’est pas plus fondé dans la réalité que l’appréhension historique de DLY en matière chrétienne. L’Europe a en revanche de vieilles racines chrétiennes et des racines plus récentes musulmanes…

C’est par «trouille bleue que les rênes du pouvoir leur échappent» que les «pseudos démocrates» agitent et divisent la population française – diviser pour régner. Tandis que DLY participe à cette entreprise de division, je tends la main – moi, Catholique romain – à mes compatriotes musulmans et les invitent à s’unir aux patriotes français de souche qui ont identifié leur ennemi et ses compagnons de route…

Denis Jaisson
Membre d’E&R
Citer
 
 
+7 #9 Denis Jaisson 2010-03-30 15:32 La christianisatio n de la Gaule romaine commença avant l’arrivée de Clovis dans cette province de l’Empire – l’évangélisateu r connu aujourd’hui sous le nom de «Saint Martin» mourut plus d’un siècle avant cette arrivée. DLY ignore le fait d’adresse politique de Clovis qui s’appuya sur la hiérarchie CATHOLIQUE de la Gaule romaine pour asseoir son pouvoir dans cette province. La christianisatio n de la Gaule – plus généralement des régions sous domination franque – continua jusqu’au septième siècle. Elle ne fut NI douce NI fanatique. Elle fut le fait d’hommes et de femmes DIVERS, comme l’islamisation du Moyen Orient, de l’Afrique du nord et d’autres contrées…

Les tribunaux de l’inquisition ne furent pas convoqués à fin de christianisatio n mais pour lutter contre des hérésies en milieu CHRETIEN. En d’autres termes, ils ne participèrent pas à la christianisatio n qui était terminée – elle fut par contre détournée à l’occasion à fin politique…

De même le massacre de la Saint Barthélemy n’a rien à voir avec la christianisatio n de la France. Elle fait partie d’une guerre civile qui opposa des CHRETIENS entre eux, comme celle qui oppose aujourd’hui Sunnites et Chiites en Irak au profit du colonisateur amérisraelien – je pense que cette opposition commença par le soutien promis par Bush père aux Chiites après la première guerre du Golfe; ce salaud savait ce qu’il préparait
Citer
 
 
+7 #8 Denis Jaisson 2010-03-30 15:31 On peut, et être blanc, et faire preuve de racisme anti-blanc, de même qu’on peut être, et blanc, et ignorant - ou malhonnête…

La spoliation de «terres des autochtones à travers le monde» n’est pas la «manie des Blancs» mais le fait DE blancs – et de noirs quand l’Oncle Sam va en guerre «contre le terrorisme»… Ni Daniel Youssof Leclercq (DYL) ni moi n’avons spolié qui que ce fût – DYL voudra bien nous faire savoir si je me trompe à son sujet. Je le souligne car, au jeu de la responsabilité collective – responsabilité en général auto-exemptrice, déléguée et trans-générationnelle – la réponse du berger à la bergère met tous les malheurs du monde sur le dos du joueur qui est alors accusé – au hasard – de la shoah et fait l’objet d’une reductio ad hitlerum…

DLY fait cette réduction en agitant le fantasme inquisiteur du «Chrétien nazi». Les agitateurs islamophobes de service et les croisés de la guerre contre le terrorisme agissent de même, en faisant un amalgame avec le Musulman et le poseur de bombe… En 1933 la population allemande était composée de gens qui avaient un vernis culturel chrétien, de Protestants qui, en général, adoptèrent les idées nazies, et de Catholiques qui, en général, rejetèrent ces idées. La réalité de ce pays était alors aussi complexe que le sont aujourd’hui les trois religions du Livre…
Citer
 
 
+7 #7 Simon 2010-03-29 18:30 J'aime bien votre définition de laïcité:
"Concept philosophique marginal adopté par une petite dizaine de pays dans le monde sur près de deux cents (5%) et un ou deux en Europe sur vingt sept. Partout ailleurs des religions d’état et des concordats pas forcément moins tolérants."
Du coup, on comprend que vous ne vous opposez pas aux dérives des états et des pouvoirs décisionnaires mais bien au principe même de séparation de l'église et de l'état.
La plupart des dirigeants que vous citez ont des convictions religieuses et vous devriez nous expliquer comment un système peut être égalitaire envers toutes les religions si il en favorise certaines de par sa propre Constitution.
Dommage que votre article est un tel parti pris pour la religion musulmane car la plupart des arguments sont bons mais je pense que vous vous trompez de cible en tapant sur la laïcité (beaucoup de pays à majorité musulmane ont dans les faits parfaitement intégré les principes de laïcité)
Citer
 
 
-14 #6 mariane 2010-03-25 19:58 eh oui ils vivent dans le passé,très archaiques
S' est facile de critiquer la FRANCE au nom de la démocratie on peut tout dire tout faire
En revanche ils vont en Algérie ou Maroc. LA il ne
bronche pas M6 ou Boutheflica sait les tenir
75% d' illettrisme au Maroc et pour l Algérie le peuple ne voit meme pas les revenus du pétrole
Alors ras le bol de couper la main de ceux qui vous donnent à manger mais vraiment ras le bol!!!
Et au sujet de la (burka niqab etc etc ) vous les hommes vous porteriez cette prison ambulante
Citer
 
 
-15 #5 vzdokh 2010-03-25 19:15 Que de termes haineux! Le fait de créer des catégories "ils" (les nazis, les chrétiens, les juifs, les gaulois, les nations unies, les américains… et puis qui encore?) et "nous" (ben tiens) est le premier très grand pas dans la bouse de la bêtise (c'est pour ne pas parler de celle du racisme). Exercice de grammaire : dénombrer dans le texte ci-dessus toutes les phrases dont le sujet est un substantif pluriel. Et puis après, les mettre ensemble dans un sac et se demander pourquoi l'ensemble du monde-non-musulman nous prend tous pour des crétins de racistes sectaires et réducteurs, obsédés par l'affichage d'une persécution qui, si elle a concerné beaucoup de nos ancêtres sur tous les continents, est aujourd'hui beaucoup plus douteuse.
Et monsieur Ilyes, le fait d'être "blanc" comme vous le dites si bien ne vous exempt pas d'être épouvantablemen t raciste… Ca se sera déjà vu !
Citer
 
 
+15 #4 halim 2010-03-25 19:03 Tres bon article ! volodia arrete de tout mélanger. Nos parents sont venus pour travailler ici à la demande de l'etat français et se sont pliés à leurs régles. Ils sont vécus et continu encore à vivre confinés dans des barres d'immeubles. Aujourd'hui ce sont les enfants et les petits enfants d'immigrés nés en France et français qui pratique et revendique leur religion. Toi tu es partis travaillé en Iran et que tu te plis au gouvernement cela est normal car tout le monde est soumis au meme regime. En France il y'a des Athées, Chrétien, temoins de jehovas, Juifs, Catholiques et Musulman. Les chretiens ont leur églises, les Juifs ont leurs écoles et leur synagogue et les catholiques protestant achetents à tour de bras de gros dépot pour pratiquer leur religion. On ne parle jamais d'eux. Je vis en France alors je dois m'appeler "jean jacques" et manger du porc et feter noel ? C'est ça la democratie ? la liberté ? l'égalité ? la tolérance ? Citer
 
 
-13 #3 volodia 2010-03-25 09:56 Suite…A propos de colonisation/victimisation. Je suis surprise, qu'en France la communauté Vietnamienne qui a subit la colonisation française bien avant la colonisation Algérienne et Africaine, ne rappelle jamais ces faits.
Pourtant c'est 7 ans de guerre, 6 millions de morts, une dévastation impardonnable.
Pas de récrimination, pas de rappel de leur statut de victime. Ils travaillent, s'intègrent tout en gardant leur culture, et je n'ai jamais entendu un mot de haine de leur part. Combien sont-ils dans les élections, réclament-ils des quotas comme vous le faîtes. Je pose la question Pourquoi ?
Citer
 
 
-14 #2 volodia 2010-03-25 09:43 Votre discours est très réducteur ! En utilisant la notion de blancs vous escamotez la notion de classes sociales, pour créer un choc et de la haine
De plus s'il n'y a plus de territoire/France, et que ce territoire peut appartenir à qui veut s'installer vous justifiez la création de l'État d'Israël par un peuplement extérieur. Moi de ce modèle je n'en veux. J'ai vécu 6 ans en Iran et j'ai dû pour rester dans ce pays, contrainte et forcée me plier à sa religion et ses coutumes, ce qui me paraît normal, puis j'ai fais un choix je suis rentrer chez moi, la France, ne vous en déplaise.
Volodia
Citer
 

Ajouter un Commentaire


Nous contacter

UAM93 
Union des Associations Musulmanes
de la Seine-Saint-Denis 
Adresse : 23, rue Edgar Degas
93600 Aulnay-sous-Bois 
Tél. : 06 19 89 93 74
Tél. : 06 01 99 34 57
Fax : 09 55 36 29 66
Mail : contact@uam93.com

Article en Rapport


Liens commerciaux

Chroniques