La finance prépare l’après-élections en France

Les financiers savent bien qu’il y a une opposition d’intérêts entre les électeurs et les marchés. Aussi ils se préparent aux différentes possibilités et en particulier à l’élection de François Hollande.

 {dmotion width= »491″ height= »400″}xq7jpf{/dmotion}

François Ruffin, après être tombé sur un rapport rédigé pour Chevreux – la plus importante société de courtage en Europe et filiale du Crédit Agricole – est allé interviewer Nicolas Doisy, chef économiste de l’agence.

Hollande devra faire un choix entre l’attente de ses électeurs et celle des marchés. Pour les financiers, la solution serait alors de préparer une réforme de façade du traité européen que Hollande pourra présenter à son avantage, tout en continuant à démanteler plus discrètement le code du travail et les services publics.

Un sujet de François Ruffin, réalisé par Olivier Azam, avec Fakir et Les Mutins de Pangée.

La version intégrale, en audio sur La-bas.org.

Source : la-bas

 

2 pensées sur “La finance prépare l’après-élections en France

  • 20 avril 2012 à 1 h 34 min
    Permalink

    Moi j’aurai plutôt mis comme titre: « La finance prépare les élections en France »…

  • 20 avril 2012 à 10 h 32 min
    Permalink

    La Banque investit à gauche comme à droite. Hollande l’a rassurée sur ses intentions, en lui faisant savoir qu’il ne toucherait pas aux [b]fondamentaux[/b] de la spoliation: l’Europe et l’€, faits [b]pour[/b] la Banque…

    Mais peut-être un lecteur entendit-il Hollande s’émouvoir que la Banque centrale européenne devînt une filiale effective de Goldman Sachs (GS), quand Mario Draghi*, ancien [b]directeur[/b] de GS, prit en main les rênes des finances [b]européennes[/b]?

    Draghi qui déclara*: «les gens payés à rien faire, c’est fini»; finis, à terme, les retraites, les alloc’ chômage, les arrêts-maladie, etc. Entre Sarkozy et Hollande, les mots changent mais [b]la spoliation suit son cours[/b].

    * http://jaisson.over-blog.com/article-l-allemagne-est-responsable-98789352.html

Commentaires fermés.

Shares