Indonésie: soupçons de corruption autour de la certification halal

C’est une enquête qui risque de faire grand bruit dans l’univers de la certification halal. L’hebdomadaire indonésien Tempo vient de publier un sujet révélant des faits de corruption de grande ampleur. Au centre de l’affaire : le Conseil des oulémas d’Indonésie (MUI), qui a la haute main sur la certification des produits entrant dans son pays. L’organisme aurait exigé des pots-de-vin à des sociétés australiennes pour qu’elles aient le droit de devenir organismes certificateurs des viandes halal destinées au marché indonésien. Des sommes de plusieurs centaines de millions de rupiahs seraient en jeu d’après l’enquête de Tempo (un million de rupiahs = 62 euros).

« Il est de notoriété publique en Australie qu’il faut corrompre des fonctionnaires du MUI pour obtenir des autorisations », a assuré à Tempo le président de l’Autorité de certification halal basée à Sydney, Mohamed el-Mouelhy. Les sources citées par l’hebdomadaire évoquent des versements d’argent indispensables pour obtenir la licence nécessaire à l’activité de certificateur, mais également le paiement de voyages de fonctionnaires du MUI et de leur entourage. « Je dois payer pour tout : nourriture, hôtel… », poursuit Mohamed el-Mouelhy. L’enquête souligne également que plusieurs versements ont été effectués directement sur le compte bancaire du président du Conseil des oulémas d’Indonésie.

Des enjeux financiers considérables

La certification halal représente un enjeu considérable à l’échelle mondiale. En l’absence d’une norme unique, de nombreux pays possèdent leur propre organisme de certification et leur propre définition du halal. En cas de non accréditation de certains produits, les pertes peuvent être importantes pour les exportateurs.  Le jour où le Jakim, l’organisme malaisien de certification islamique, a déclassé la viande halal en provenance d’Australie et de Nouvelle-Zélande, cela s’est traduit par une perte nette de 53 millions de dollars (40 millions d’euros) pour les producteurs de ces deux pays.

Conscientes de leur puissance, certaines agences délivrant les certifications peuvent donc être tentées de sombrer dans des pratiques frauduleuses où des pots-de-vin font leur apparition. Et certains des organismes soumis à leurs validations se sentir, dans le même temps, obligés de céder aux demandes, même frauduleuses, de ces organismes. Tous les regards se tournent donc à présent vers les autres pays qui travaillent régulièrement avec le MUI pour exporter leurs productions en Indonésie, dont la France. Avec cette question : leurs échanges avec le Conseil des oulémas intègrent-ils également un système de corruption ?

Source : Fait-religieux.com

 

Partagez cet article :Share on Facebook0Share on Google+0Tweet about this on Twitter0Pin on Pinterest0Email this to someone

2 pensées sur “Indonésie: soupçons de corruption autour de la certification halal

  • 3 mars 2014 à 9 h 38 min
    Permalink

    Il faut arreter de rapporter des infos de ce type qui ne nous concerne même pas et fait plus nuire à l’islam. Ca nous apporte et nous importe en rien, que du discédit de l’islam.
    On sait même pas si les sources de l’info sont véridiques.
    Interessez vous à publier des sujets qui ont des rapports avec les musulmans en France et non pas à son antipode.

  • 4 mars 2014 à 1 h 35 min
    Permalink

    SI Hassan ça nous concerne en France mon frère clik sur ce lien
    http://www.mosqueedeparis.net/index.php/9-uncategorised/124-halal-le-majlis-ulamas-dindonesie-agree-la-sfcvhmosquee-de-paris

    HALAL : LE MAJLIS ULAMAS D’INDONESIE AGREE LA MOSQUEE DE PARIS
    L’Indonésie, le plus grand pays musulman par le nombre de sa population et grand importateur de produits halal provenant de France et d’Europe, vient de délivrer son agrément et son accord de partenariat dans la certification halal à l’organisme de certification de la Grande Mosquée de Paris (GMP) la société française de contrôle SFCVH.
    Après avoir procédé à de nombreux audits en France et en Europe, le MUI (Majlis Ulamas d’Indonésie) approuve le cahier des charges de la GMP/SFCVH dont la traçabilité et les exigences dans la fabrication des produits halal dans le strict respect des préceptes de la Charia ont été jugées conformes.
    La Grande Mosquée et la SFCVH sont très heureux de cette reconnaissance par le prestigieux Majlis Ulamas d’Indonésie (MUI) du travail historique et rigoureux consacré par eux au service des musulmans dans le domaine des produits de l’alimentation halal.
    ___________________
    Recteur Dalil BOUBAKEUR
    Paris, mercredi 12 octobre 2011

Commentaires fermés.