Guerre de clochers à la mosquée de Drancy
Écrit par Ilyess   
Vendredi, 28 Mai 2010 01:41

En janvier, Hassen Chalghoumi, l'imam de Drancy, prenait position contre le voile intégral. Depuis, le collectif pro-palestinien Cheikh Yassine se réunit tous les vendredis près de la mosquée pour prier et demander son départ. Mais le niqab masque en fait d'autres enjeux.

Les hommes, barbus, d’un côté. Les femmes, voilées, de l’autre. Au milieu du ballet des caddies, ils sont une quarantaine en tout, tous membres du collectif pro-palestinien Cheikh Yassine, du nom du chef du Hamas tué en 2004 par l’armée israélienne.

Tout a commencé le 22 janvier. L’imam de la mosquée de Drancy prend position contre le voile intégral dans une interview au Parisien. Trois jours après, des hommes font irruption dans sa mosquée, profèrent des menaces de mort à l'encontre d'Hassen Chalghoumi qui porte plainte le lendemain. 

Sauf que ce jour-là, il n'était pas dans la mosquée. Les autres ripostent et portent plainte pour dénonciation calomnieuse. Le doute est jeté sur l'imam et les fidèles divisés. Depuis, rien ne va plus. Hassen Chalghoumi ne se déplace plus que flanqué de deux gardes du corps. Devant la mosquée, des barrières ont été installées. Des vigiles aussi.

Tous les vendredis, jour de prière chez les musulmans, vers 13h00, les membres du collectif Cheikh Yassine se rassemblent sur le parking de l'hypermarché Carrefour de Drancy. Devant les portes, ils abordent les fidèles qui se rendent à la mosquée, un cube orangé tout au fond du parking. Les femmes parlent aux femmes, les hommes aux hommes. En arabe, la plupart du temps, ils les exhortent à ne pas se rendre dans cette mosquée. A venir prier avec eux, à l'extérieur.    

Théorie du complot sioniste

Ce que dénonce le collectif, c’est l’ingérence du politique dans les affaires religieuses. Et le "faux imam" qui se permet de parler au nom des musulmans. Selon lui, Hassen Chalghoumi, l'imam de la mosquée de Drancy, n’a pas été choisi par les musulmans. Dans l'islam, c’est un groupe qui choisit l’un des siens pour cette fonction. Dans l'esprit du collectif, il serait instrumentalisé par la communauté juive. En échange, il aurait obtenu sa naturalisation. "Ce n’est pas de la paranoïa", assure Abdelhakim Sefrioui, à la tête du collectif.

Il y a quelques semaines, le préfet de Seine-Saint-Denis avait pris un arrêté interdisant au collectif de manifester sur le parking du centre commercial, un espace privé, et leur avait demandé de ne plus utiliser de sono. Le collectif a visiblement décidé de la jouer plus discrète.

Et son leader se félicite : "La mosquée s’est vidée. Beaucoup de fidèles vont dans d’autres mosquées, à Bobigny par exemple." "La mosquée est toujours pleine", rétorque l'imam Chalghoumi, qui admet que le collectif a quand même réussi à "retourner la tête" de certains fidèles.

14h00, l’heure de la prière. Le groupe des hommes rejoint celui des femmes. Ils traversent la rue, mais n’iront pas plus loin. Ils ont apporté des tapis et des bâches qu’ils installent. Les femmes en retrait contre un muret. Ils sont maintenant une soixantaine et occupent toute la largeur du trottoir.

Le voile intégral, un prétexte pour le collectif

Mi-cérémonie religieuse, mi-réunion politique, la prière va durer près d’une heure. Moitié en arabe, moitié en Français. L’assemblée compte beaucoup de jeunes.

Après le prêche, Abdelakim Séfrioui prend la parole pour résumer les raisons de leur présence ici: "Tout se passe de travers dans cette mosquée. […] Ce sont des gens qui veulent travestir l’islam, déraciner l’islam." De temps en temps, il est obligé de s’arrêter pour laisser passer un camion bruyant. "Cette salle de prière a été créée par le maire de la Ville et le Crif (Conseil représentatif des institutions juives de France). Et ils ont mis Chalghoumi à sa tête." Il évoque "les bourreaux sionistes", rappelle une manifestation de soutien à la Palestine qui doit avoir lieu le lendemain.

Les propos de l'imam sur le voile intégral : "Un prétexte pour le collectif" selon M’hammed Henniche, secrétaire général de l'UAM 93 (Union des associations musulmanes de Seine-Saint-Denis). "Leur combat principal, c’est le sionisme."

Un opportunisme que confirme le député-maire de Drancy : "La preuve, lorsqu’ils manifestaient devant la mosquée, ils brandissaient des photos d’enfants palestiniens morts... Sefrioui est un homme en mal de reconnaissance, poursuit Jean-Christophe Lagarde, désavoué même par les représentants de la cause palestinienne. Il a pris pour cible Chalghoumi car c’était un moyen de faire parler de lui."

"Ce type a réussi à semer le trouble parmi les fidèles. Mais il a ensuite été rejeté par la communauté musulmane de Drancy. C’est la démonstration que ce que veulent les musulmans, c’est pouvoir pratiquer leur religion en toute liberté. Qu’ils ne veulent pas qu’un lieu de culte soit le prétexte à une cause politique quelle qu’elle soit." 

Une mosquée très convoitée

L'histoire du niqab, c'est un peu l'arbre qui cache la forêt pour le collectif. "Le cœur du problème, c’est l’indépendance de la mosquée", estime Jean-Christophe Lagarde. Elle n’est affiliée à aucune des grandes tendances qui luttent pour le pouvoir au sein du Conseil français du culte musulman. Hassen Chalghoumi parle lui de "jalousies par rapport à une mosquée qui a pris de l'ampleur."

L’argent aussi. Les mosquées sont financées par les dons des fidèles. Lorsque la mosquée de Drancy a été construite en février 2008, celle de La Courneuve, a vu fondre ses effectifs. Et donc, ses dons.

Mais il y aurait autre chose. Un enjeu de représentation de l’islam de France. "L’année dernière, explique le secrétaire général de l'UAM 93, Hassen Chalghoumi a créé la conférence des imams de France. Une initiative qui a déplu à pas mal de monde." Il y avait plaidé, entre autre, pour un dialogue interreligieux. "On occupe le terrain laissé vide par le CFCM qui refuse de prendre partie dans les débats", justifie l'imam.

Dans cette histoire, Chalghoumi, souvent décrit comme "naïf", et qui prône un islam plus ouvert, s'est peut-être attaqué à plus gros que lui. Dans un an, il y aura des élections au CFCM. L’iman aurait pu venir jouer les perturbateurs. "Maintenant qu’il a été ébranlé, ridiculisé, commente M’hammed Henniche de l'UAM 93. Sa parole est discréditée." 

Mais la mosquée de Drancy risque encore de faire parler d'elle. "C'est une guerre d'usure, prévient Abdelakim Sefrioui du collectif Cheikh Yassine. Nous continuerons tant que l'imam ne partira pas." Hassen Chalghoumi non plus n'est pas prêt d'abandonner. "C'est mon combat", s'exclame-t-il. Son livre, Imam et républicain, sortira le 10 septembre. Il promet : "Il va y avoir du débat."  

Les Inrockuptibles - Par Aurore Lartigue - 26/05/2010

 

 

Commentaires  

 
+1 #6 Handball 2011-12-21 13:04 Conception puérile, amalgames douteux, raccourcis simplistes…heureuse ment que nous ne sommes pas tous comme cela, et puis au lieu de tirer les freres vers le haut, vous les tirez vers le caniveau d ou sortent vos inepties péremptoires , même méthode de victimisation, en s auto accusant, que ceux dont vous prônez l exemplarité… Citer
 
 
+1 #5 Lila99 2011-03-22 13:31 Bonjour,

Je trouve que tout le monde a le droit d'exprimer son point et ce monsieur, comme toute l'humanité a fait part de ce qu'il pensait, en dehors de sa fonction au sein de la mosquée. Quand on regarde bien les inconvénients du voile intégral, ne serait-ce que pour la vie de tous les jours, nous nous rendrons compte que ce n'est pas un habit pratique. Il faut se l'avouer. Chacun verra midi à sa porte !
Citer
 
 
-9 #4 Yousri Hidri 2010-05-31 01:46 Monsieur leclercq, le sionnisme est avant tout une ideologie politique, qui avait pour ambition, du temps de herzl, de rassembler tous les juifs, et surtout les non religieux, herzl lui meme haissait les religieux(il disait que le plus grand des rabbins ne valait pas un simple pretre dans sa correspondance privée avec son secretaire), ne pratiquait pas, et n'avait pas fait circoncire ses enfants, ce qui lui valut les foudres du rabbin de Vienne(probleme atique pour un homme pretendant "sauver" le peuple juif; dixit le rabbin ).
Elle est basée sur la culpabilité des non pratiquants juifs, leur donnant, ainsi qu'aux religieux, de quoi s'identifier a une cause commune, a savoir l'etablissement d'Israel, dont l'element declencheur a l'alya fut la 2eme guerre mondiale.
Vous preconisez de prendre de la graine de tels comportements, auriez vous oublier les dirigeants israeliens, la plupart terroristes(ter me d'ailleurs utilisé pour ces personnes avant de devenir synonyme d'arabe fanatique) avant de faire de la politique, vous oubliez der yassine,la Naqba, les attentats a Al Qods a l'hotel king david et j'en passe.
Le saint Coran parle effectivement de la notion de peuple elu, mais c'est pour mieux leur faire comprendre leur mecreance, malgre les bienfaits incommensurable s dont allah les a comblé; qu'il n'y ait pas d'erreur a ce sujet.
Il ont assassiné de prophetes, rejeter Issa, ont menti sur l'arrivée du sceau des prophetes(moham med 3aleyhi salatou wa salam), menent actuellement le monde a sa perte, et vous voudriez que nous nous revendiquions de telles methodes, vous devriez revoir les "racines du sionnisme".
Chacun sera juge sur ses actions, sa sincerité, mais aussi sur la defense de sa foi, si Sefrioui estime que le fait de laisser cette mosquée aux mains du CRIF, pour les raisons de financement de la guerre en isrel , que nous connaissons, au nom des massacres du peuple palestiniens, c'est son droit, sachant la position de cette organisation.
Si Chalghoumi estime qu'il doit y avoir dialogue(pas ingerence ni connivence bien sur) libre a lui aussi, ce que nous demandons de part et d'autre, c'est de la transparence, et si probleme il y a, il doit etre regler.
Vous parlez d'ennemi obsessionnel, moi je vous parle de divergence de point de vue, de croyance, de droit a un discours different que celui aseptisé fourni par tout l'establishment et leurs relais(assoc,po litics issus de,) et en cela je vous rejoins.
la liberte d'expression ne doit pas etre unilaterale, ou de complaisance.
"Quand la terre tremblera, la verité s'etablira…"
Citer
 
 
+9 #3 MUSULMAN DE FRANCE 2010-05-30 17:05 Il n'ya qu'a taper la mosqué de drancy sur dailymotion et aller voir les videos de ce collectif. le faeux imam de drancy qui veut devenir victime apres tout le mal qu'il a fait. cre dernier a bcp à se reprocher.Il est là pour ces interets et non ceux de l'islam, et cette mosqué ne lui appartient pas.Il n'a qu'a dimissionner et laisser les fidèles voter et appliquer la dimocratie.Moi j'appele les frères et soeurs à le laisser tout seul se renfermer dans cette mosqué.
Ce drenier n'est pas imam et ne maitrise pas le français.
Citer
 
 
+12 #2 baraa 2010-05-28 19:25 mais la solidarité avec la Palestine exige pour le moins la rupture de tout contact avec le CRIF et ses alliés à l'UMPS. Et le refus de la logique de lobby communautariste d'outre atlantique introduite en France par le CRIF. Les musulmans doivent lutter avec tous les Français pour une société de justice Citer
 
 
+12 #1 d youssof leclercq 2010-05-28 10:59 Les faussaires de l'Islam.
De plus en plus de monde se réclame d’un Islam militant pour tout et n’importe quoi. Et il n’y a pas de quoi se réjouir car les motivations de certains kholotos sont pour le moins ambiguës et n’ont souvent pour conséquence que de ternir l’image de la véritable religion d’Allah. Bien qu’ils soient habiles à dissimuler leurs mesquineries sous les causes les plus altruistes, en grattant le vernis de surface on a tôt fait de découvrir l’opportunisme, le mercantilisme et l’arrivisme qui font s’activer les faussaires.
Le palestinisme et l’antisionisme, entre autres, sont devenus les fonds de commerce des organisations islamiques en jachère et dépourvues d’imagination constructive. La résistance palestinienne à l’oppression israélienne est tout à fait légitime et ne souffre pas d’équivoque. Manifester son soutien à un peuple frère maltraité est assurément méritoire. Mais les gesticulations ostentatoires des moujahidines de circonstances, qui en font leur viatique (business is business) en méprisant les causes de proximité , suscitent quant à elles plus de défiance que d’engouement.
Ces (groupuscules pilotés par des) aigrefins sans envergure ne doivent leur émergence éphémère, dans le paysage islamique et médiatique, qu’aux buzz qu’ils déclenchent. La préoccupation majeure de ces diplômés de sous-Préfecture , qui s’autoproclamen t pompeusement présidents, secrétaires, trésoriers, (comme d’autres s’érigent en directeurs, recteurs, professeurs, prédicateurs, islamologues, muftis, imams voire cheikh ou seyyed), consiste essentiellement à se mettre en valeur en s’attachant les services de nègres trop crédules et en faisant des alliances contre nature . Leurs manifestations, objurgations et autres provocations, brutales et irréfléchies, par les heurts et les affrontements qu’elles suscitent, nuisent sans nul doute plus aux causes invoquées qu’elles ne les servent.
L’antisionisme est réputé n’être qu’un avatar, lâche, hypocrite mais légal, de l’antisémitisme . Les ennemis obsessionnels des Juifs leur reprochent surtout leur omniprésence, leur dynamisme, leur arrogance ou leurs lamentations . Le « sionisme » est défini comme une idéologie élitiste, nostalgique de l’âge d’or politique et religieux judaïque. Ceux qui le honnissent envieusement feraient mieux de s’inspirer de ses séides et de s’employer à les surpasser. Tout en donnant la supériorité aux Croyants, le Coran n’en corrobore pas moins la notion biblique de peuple élu mais, pour les antisionistes monomaniaques, toute complaisance envers les « feujs » est forcément coupable et par conséquent condamnable. Comme dit le proverbe, « qui veut noyer son chien l’accuse de la rage », quand bien même l’animal serait « pasteurisé » ou, en d’autres termes, vacciné contre la dite rage. (Daniel-Youssof Leclercq)
Citer
 

Ajouter un Commentaire


Nous contacter

UAM93 
Union des Associations Musulmanes
de la Seine-Saint-Denis 
Adresse : 23, rue Edgar Degas
93600 Aulnay-sous-Bois 
Tél. : 06 19 89 93 74
Tél. : 06 01 99 34 57
Fax : 09 55 36 29 66
Mail : contact@uam93.com

Article en Rapport


Liens commerciaux

Chroniques