Nouvelles révélations dans l'affaire des bagagistes de Roissy
Écrit par Ilyess   
Lundi, 06 Juillet 2009 03:26
Les Etats-Unis et la Grande-Bretagne auraient exigé un niveau de sécurité plus important sur la France.

D’après l’Union des associations musulmanes de Seine Saint Denis, le Préfet Jean-François Cordet, qui avait dépossédé au moins soixante dix employés aéroportuaires de leurs badges, aurait avoué avoir subi “des pressions politiques”.


Rien ne va plus dans l’affaire des bagagistes de Roissy. Les quelques soixante dix employés de l’aéroport Charles de Gaulle, qui se sont vus retirer leurs badges professionnels pour raisons de sécurité, auraient été victimes de pressions politiques américano-britanniques sur le gouvernement français.

Cette information, qui nous a été révélée par les responsables de l’Union des associations musulmanes de Seine Saint Denis, viendrait de la bouche même du Préfet.

Invité à un repas par les responsables de l’UAM 93, il y a de cela dix jours, Jean-François Cordet aurait évoqué avoir subi des pressions. “Le Préfet nous a révélé qu’il n’agissait pas de son propre chef et que la France aurait subie des pressions de la part des Etats-Unis et de l’Angleterre sur son niveau de sécurité aéroportuaire”, nous ont révélé Fayçal Ménia et M’hammed Henniche, respectivement président et secrétaire général de l’UAM 93.

Nous avons contacté Antoine Garapon, secrétaire général de l’Institut des hautes études sur la justice et spécialiste des dispositifs antiterroristes français et américain, sur la crédibilité de cette information. D’après lui, « cette information est crédible ». “Les Etats-Unis ont étendu leur sécurité à tous les points de départs vers leur direction, les ports et les aéroports. Cela traduit de leur part un changement de logique. Dorénavant, on n’est plus dans une perspective de répression mais de prévention du terrorisme. Un simple risque peut justifier une mise à l’écart”.

Des pressions gouvernementales
                        
Selon ces révélations, le Préfet exécuterait donc des directives venant de plus haut.
Faut-il, dès lors, rapprocher ces informations des propos du ministre de l’intérieur Nicolas Sarkozy, qui avait déclaré le 21 octobre, à la Sorbonne : “Moi, je ne peux pas accepter que des gens qui ont une pratique radicale travaillent sur une plateforme aéroportuaire”. “Je préfère qu’on ait le risque d’un contentieux devant un tribunal parce qu’on a été trop sévère pour une habilitation plutôt qu’on se retrouve avec un drame parce qu’on n’a pas été assez sévère. Tous les pays au monde font cela.” “Si ces gens pensent, et c’est leur droit, qu’on a été trop loin et qu’ils sont victimes de discrimination, qu’ils fassent valoir leurs droits devant les tribunaux”.

On peut s’interroger, en effet, sur les véritables raisons de cette mise à l’écart massive d’employés pour la plupart en très bon terme avec leurs employeurs.

Le Préfet, qui avait signé, le 12 avril dernier, un courrier type envoyé à plusieurs dizaines d’employés de confession musulmane, leur reprochant d’avoir « une attitude pouvant mettre en cause la sûreté de l’Etat », sans jamais préciser de quelle attitude il s’agissait, aurait également mis en avant le rôle des Renseignements généraux dans cette affaire. “Le Préfet nous a avoué qu’il n’avait pas pris en compte un nombre beaucoup plus important de rapports des renseignements généraux qui recommandaient le retrait de badges d’employés en plus grande quantité”, nous précise M’hammed Henniche.

Concernant les raisons de ces exclusions professionnelles, les autorités concernées certifient que la pratique religieuse n’a pas été un argument pour le retrait des badges. Le sous-préfet Jacques Lebrot avait d’ailleurs déclaré, à la presse, que certains éléments avaient séjournés dans des camps d’entraînement. “Pour nous, quelqu’un qui va passer des vacances plusieurs fois au Pakistan, cela nous pose des questions”.

Pour Samy Debbah du Collectif contre l’islamophobie en France, qui a dévoilé toute cette affaire, ces explications ne tiennent pas la route. “Les éléments qu’on a vont en totale contradiction avec ces déclarations. Les employés ont été exclusivement interrogés sur leur pratique religieuse avec une trame de questions comme : Faîtes-vous la prière ? Combien fois par semaine allez-vous à la mosquée ? Avez-vous déjà fait le pèlerinage ?”.

Nous avons appelé deux des employés convoqués par la Préfecture, pour en savoir plus. L’un d’eux, Karim, délégué de la CGT, nous raconte son interrogatoire. “Ils m’ont convoqué à la fin de mon service de nuit, après deux heures seulement de sommeil. Ils m’ont demandé quel lien j’avais avec l’islam, avec le Tabligh (NDLR : mouvement islamique de prédication, d’inspiration piétiste), le salafisme (NDLR : courant traditionaliste et littéraliste de l’islam) et quel rapport j’entretenais avec les membres de ma famille. Ils m’ont aussi demandé si ma femme était musulmane, si j’allais à la mosquée et quelle serait ma réaction si on me demandait d’accomplir un acte de malveillance. Je leur ai dit que je n’étais pas manipulable et lorsque je leur ai demandé ce qu’ils me reprochaient, ils m’ont répondu au conditionnel, qu’ils interrogeaient toutes les personnes potentiellement dangereuses”.

Le témoignage de Mohamed, agent d’escale pour la société Penauille service air, va dans le même sens. « J’ai été convoqué. Je me suis fait accompagné d’un témoin et à mon arrivée, je leur ai demandé la raison de cette convocation. Il y avait trois personnes, dont l’assistant du Préfet et deux autres hommes dont je pense qu’il font partie des renseignements généraux. Lorsque je leur ai posé cette question, l’assistant du préfet a eu l’air gêné et, après avoir toussoté, m’a dit : « En fait, nous allons aborder le thème religieux ». Il m’a demandé : « Est-ce que vous faîtes la prière ? ». Je lui ai répondu oui. La faites-vous à la mosquée ? Oui, comme les juifs à la synagogue et les chrétiens à l’Eglise. Avez-vous fait votre pèlerinage ? Oui, cela fait partie du cinquième pilier de l’islam. Où cela, m’a-t-il demandé ? A la Mecque et Médine, lui ai-je répondu, surpris qu’il l’ignore.

Il m’a aussi demandé si cela me dérangerait de raser ma barbe, de faire la bise aux femmes et ce que je pensais du salafisme. Je lui ai dis que je travaillais avec des femmes, des homosexuels ou des athées, que je m’entendais très bien avec mes collègues, que je ne me suis jamais absenté, même malade et que je n’avais jamais eu de problème avec ma direction. Peu de temps après cet entretien, je recevais un courrier qui m’indiquait que ma prestation n’avait pas convaincu, que je n’étais pas « insusceptible » de porter atteinte à la sûreté aéroportuaire et que je présentais un danger significatif pour eux. Ils m’ont ainsi retiré mon badge ».

Un flou juridique
                       
Au sujet des trois employés suspectés de terrorisme pour des voyages au Pakistan, aucun élément tangible ne permettrait d’établir un lien entre eux et des mouvements radicaux. C’est l’avis du président du CCIF. “Sur les trois cas qui sont allés au Pakistan, j’en connais deux qui font partie du Tabligh et qui sont parties dans ce cadre. Je peux vous dire qu’ils n’ont pas été du tout dans ces fameux camps. Et, d’ailleurs, qu’est-ce qu’on fait des soixante sept autres employés !”.

Samy Debbah accuse la préfecture d’avoir un double langage. “Ils nous ont dit ne pas connaître le Tabligh, et pourtant, sur la base d’un rapport de la Gendarmerie des transports aériens, qui est une officine des mouvements de sécurité, ils l’accusent d’être un groupe dangereux”.

Le responsable du CCIF dénonce également une criminalisation de la pratique religieuse et parle de volonté de nuisance, à l’œuvre, dans cette affaire. “Notre Collectif reçoit de plus en plus de dossiers sur des cas de préjudices économiques. Il y a une volonté réelle d’asphyxier la communauté musulmane. Après le hijab et les commerçants, c’est au tour des salariés de la subir”.

Depuis leur mise à l’écart, en septembre, les agents de Roissy sont sans revenus. Privés de leurs badges, mais non licenciés, ils ne peuvent prétendre à des indemnités chômage, ce qui les place dans une situation doublement inconfortable financièrement et juridiquement. Des procédures en référé ont déjà été déposées.

Mais les agents de Roissy n’ont pas que des ennemis dans cette affaire. Une réunion organisée par le MRAP et quelques syndicats va décider, aujourd’hui, des recours et de la marche à suivre pour les employés de l’aéroport Charles de Gaulle. Même chose pour le CFCM qui va interpeller le préfet et promet de tirer cette affaire au clair. Autant dire que l’affaire des bagagistes de Roissy n’est pas terminée. Elle ne fait que commencer…

29/10/2006
Hakim Bey - www.saphirnews.com
                     

                  
A lire également :
  1. Les « barbus » dans le 9-3
  2. Une figure de l'Islam de France arrêtée
 

Ajouter un Commentaire


Nous contacter

UAM93 
Union des Associations Musulmanes
de la Seine-Saint-Denis 
Adresse : 23, rue Edgar Degas
93600 Aulnay-sous-Bois 
Tél. : 06 19 89 93 74
Tél. : 06 01 99 34 57
Fax : 09 55 36 29 66
Mail : contact@uam93.com

Article en Rapport


Liens commerciaux

Chroniques