Non à la discrimination entre les racismes
Écrit par Administrator   
Lundi, 05 Juillet 2010 04:13

Suite à l’assassinat odieux de Saïd BOURARACH, la communauté musulmane a exprimé son indignation et son inquiétude quant à la tournure prise par les événements. En effet, la couverture médiatique de ce drame trahit une fois de plus une pratique délibérée du  ‘’deux poids, deux mesures’’.

Malheureusement le constat est toujours le même. Lorsque l’accusé est de confession musulmane nous assistons systématiquement à une médiatisation excessive transformant un regrettable fait divers en une cause nationale suscitant moult débats sur l’intégration, la place de l’islam, l’identité nationale, etc.

Inversement, quand la victime est de confession musulmane, les faits ne bénéficient pas du même traitement, puisque les medias nous font subir ce qu’il y a de plus effroyable à supporter pour une victime : le silence et l’indifférence.

Au travers des nombreux témoignages recueillis auprès des proches et des collègues de Saïd, et n’en déplaise à Caroline Fourest (le Monde du 28.05.2010) et Dan L. (Libération du 24/06/2010), nous nous éloignons objectivement de l’hypothèse d’une simple altercation qui aurait mal tourné pour se rapprocher progressivement de la thèse d’un homicide volontaire et racisme. Il appartient à la justice de ne pas écarter d'emblée cette hypothèse à laquelle le journal Libération paru le lundi 10 mai 2010, apporte une crédibilité impressionnante.

Il est par ailleurs révoltant de constater que dans des affaires similaires mettant en cause des citoyens musulmans, les médias et la classe politique font fi de toutes les précautions d’usage en matière de présomption d’innocence pour dénoncer précipitamment un crime antisémite, qui s’avèrera parfois n’être qu’une abjecte mise en scène. Les mêmes médias et les mêmes  politiciens ne s’encombrent pas de tant de zèle dans la situation inverse.

Les musulmans de France refusent cette position d’éternel bouc émissaire et ces accusations d’antisémitisme auxquelles certains s’obstinent à nous réduire. Si cette attitude est condamnable, elle est de surcroit dangereuse pour la concorde civile.

A cette occasion, l’UAM-93 attire l’attention de la classe politique sur le fait qu’en privilégiant excessivement le volet législatif dans le traitement des affaires relatives à la gestion du fait islamique (la burqa, les cantines, les minarets, etc), elle contribue à l’émergence de comportements irrationnels ne craignant plus de s’afficher ouvertement comme racistes et islamophobes envers les membres de la communauté musulmane de France.

Par ailleurs, et sans prendre le risque de porter des accusations envers quiconque, cette affaire a remis à l’ordre du jour, d’une façon on ne peut plus triste, la question épineuse des groupuscules d’autodéfense communautaires. Les actions menées entre autres par le Bétar ou la LDJ fragilisent sans cesse l’idéal républicain. L’article précédemment cité du journal Libération donne des indications importantes à ce sujet.

Nous interpelons la classe politique française au sujet de la présence de ces groupuscules érigeant le recours à la violence et à l’intimidation en impératif de survie. De par leur existence même, ces groupuscules discréditent grandement la République en l’accusant implicitement de défaillance dans sa mission de protection de ses citoyens.

L’UAM-93 exhorte la communauté musulmane, et à travers elle l'ensemble des citoyens de préserver intacte la mémoire de Said BOURARACH.

L’UAM-93 affirme son engagement total, pour que toute la lumière soit faite sur les motivations réelles de l’assassinant de Saïd. A cet égard, nous insistons pour que l’appartenance éventuelle de certains accusés dans des groupes d’autodéfense, ne soit pas camouflée.

Toutefois, et même si les inculpés sont de confession juive, l’UAM-93 refuse toute instrumentalisation odieuse visant la stigmatisation de la communauté juive de France.

L’UAM-93 demande enfin aux plus hautes autorités de l’Etat pour que toutes les formes de racisme soient traitées sur le même pied d’égalité.

Non à la discrimination entre les racismes.

Bobigny, le dimanche 4 juillet 2010
Le Président de l’UAM-93
H. FARSADOU

 

 

 

Commentaires  

 
0 #1 rachat de credit 2011-02-15 11:57 Merci d'avoir un blog interessant Citer
 

Ajouter un Commentaire


Nous contacter

UAM93 
Union des Associations Musulmanes
de la Seine-Saint-Denis 
Adresse : 23, rue Edgar Degas
93600 Aulnay-sous-Bois 
Tél. : 06 19 89 93 74
Tél. : 06 01 99 34 57
Fax : 09 55 36 29 66
Mail : contact@uam93.com

Article en Rapport


Liens commerciaux

Chroniques