Dîner annuel de l'UAM-93 : discours de B. KERN (PS)
Écrit par Administrator   
Samedi, 25 Décembre 2010 22:59

Voici le discours que j'ai prononcé à l'occasion du dîner annuel de l'Union des Associations Musulmanes de la Seine-Saint-Denis, le vendredi 12 décembre 2008. Bertrand KERN, Maire de Pantin.

Mesdames, Mesdemoiselles, Messieurs,
 
C'est avec grand plaisir que Pantin et moi-même accueillons ce soir le dîner annuel de l'Union des associations musulmanes de la Seine-Saint-Denis. Je me félicite du fait que cet événement convivial et chaleureux ait acquis la régularité qui est la sienne, depuis la fondation de votre Union en 2001.
 
Ce dîner est tout d'abord l'occasion pour moi de vous souhaiter ou de vous re-souhaiter chaleureusement une bonne fête de l'Aid el Kebir. Mais aussi de vous remercier de nous associer par ce dîner, nous élus républicains de la Seine-Saint-Denis à ce moment important du calendrier religieux musulman. Moment de piété et de témoignage du respect que vous portez à votre Dieu, je sais aussi que l'Aid el Kebir est une fête du partage et de la générosité. Dans cette perspective ce dîner est un beau symbole à mes yeux.
 
Ce dîner est aussi un beau symbole de part la nature de l'UAM-93, union territoriale, qui rassemble toute la diversité des cultures musulmanes en Seine-Saint-Denis.

Votre Union souhaite embrasser l'ensemble du territoire de notre département et le démontre chaque année en choisissant une ville différente comme cadre pour ce dîner.
 
Votre Union englobe toute la diversité d'une riche culture musulmane et se donne les moyens d'être un lieu de débat, de confrontations d'idées, de rencontres et d'amitiés. En cela, je la crois utile aux associations qu'elle rassemble et donc à notre département. En cela aussi, elle constitue un partenaire, un interlocuteur incontournable pour les diverses institutions du département, qui peuvent grâce à vous travailler avec l'ensemble de la communauté musulmane, dans un esprit de tolérance et d'ouverture à l'autre.
 
Carrefour pour les associations qu'elle regroupe, interface vis à vis des institutions du département, l'UAM-93 me semble ainsi constituer un élément important dans l'élaboration et la consolidation d'un vivre-ensemble en Seine-Saint-Denis, dans nos villes et dans nos quartiers.
 
Partout en France l'importance d'un vivre-ensemble, l'idée d'un lien social à tisser, à maintenir, à réparer parfois, fait son chemin. Mais je crois qu'en Seine-Saint-Denis, cette entreprise est d'une importance toute particulière.

Par bien des aspects notre département est jugé, de l'extérieur, comme pauvre ou handicapé. Il souffre des comparaisons avec son voisin des Hauts-de-Seine, victime qu'il est d'inégalités qui gagneraient, qui gagneront, à être corrigées.

Ce n'est pourtant pas ainsi que j'envisage pour ma part le 93. Je vois un département et des villes riches d'une jeunesse abondante issue de populations aux horizons variés, aux origines diverses, aux cultures nombreuses. Notre richesse, notre potentiel, notre avenir, je crois, tient à cette diversité.
 
Dans le monde de demain, mondialisé et ouvert, nos différences seront nos forces.
 
Mais pour les fructifier, au bénéfice de tous, le vivre-ensemble doit surmonter les divisions et vaincre les préjugés. Nous aimerions bien sûr que ces divisions relèvent d'un autre temps mais leurs relents nauséabonds demeurent. Je pense aux discriminations dont souffrent certains habitants, jeunes ou moins jeunes de notre département. Je pense au racisme. Je pense à l'anti-sémitisme. Je pense à ces profanations de tombes et à cet acte d'une rare stupidité, commis loin de chez nous, dans le Pas-de-Calais, mais qui nous a tous choqué et meurtri lundi dernier et face auquel je souhaite vous exprimer ma plus profonde solidarité.
 
Lutter contre ces divisions, faire en sorte de les reléguer dans un sombre passé, voilà le défi auquel vos associations tentent de répondre. Voilà aussi le défi auquel se confrontent les élus de la République. Voilà le défi que veut et peut remporter le pari du vivre-ensemble, de la tolérance, de l'ouverture à l'autre.

Il se gagnera dans le cadre républicain, ce cadre qui nous rassemble, que nous respectons unanimement ici et que nous respectons d'autant plus au lendemain de la nomination de Nacer Meddah au poste de préfet de Seine-Saint-Denis. Je me félicite du choix qui s'est porté sur ce serviteur respecté de l'État aux origines kabyles. J'y vois un beau symbole, un signe de nature à nous conforter dans nos efforts pour valoriser les différences et multiplier les rencontres, les dialogues et les solidarités.
 
Françoise Dolto disait que « tout groupe humain prend sa richesse dans la communication, dans l'entraide et la solidarité visant à un but commun, l'épanouissement de chacun dans le respect des différences ».
 
Pour atteindre cet épanouissement, pour respecter ces différences, nous disposons, j'en suis convaincu, d'un outil majeur : la laïcité. Élu républicain, je suis un amoureux de la laïcité. Elle n'a jamais été pour moi négative et ne sera pas davantage positive dans l'avenir, car elle n'est pas l'ennemie des religions, contrairement à ce que laisse entendre Nicolas Sarkozy.

En effet, sans demander aucun qualificatif, la laïcité protège toutes les religions, placées sur un pied d'égalité. Et loin de remettre en question les aspirations individuelles à s'épanouir par la religion, elle les garantit, permettant à chacun d'exercer son culte, comme il l'entend, dans la sphère privée, à l'abri de toute ingérence.
Mieux, elle favorise le fait que chaque croyant ait la possibilité, en pratique, de se rendre dans un lieu de culte adéquat, officiel, protégé et respecté.
 
Pour rendre effectives de telles exigences, la laïcité incite les responsables religieux, les associations et les élus locaux à dialoguer, à innover pour parvenir aux meilleures solutions dans le respect des lois et règlements de la République.
 
Je me félicite justement de constater en France le développement d'un Islam soucieux des lois de la République et soucieux, à l'image de l'UAM 93, d'un dialogue constructif avec les élus locaux.

Cette réalité est celle de notre quotidien à tous, bien loin des fantasmes agités par certains face à un prétendu Islam des caves, incontrôlé et subversif. Cette réalité est celle de rencontres comme celle de ce soir, célébrant des vertus de paix et de partage.
 
De tels dialogues ont des conséquences très concrètes, comme ici à Pantin. La ville s'est réunie avec l'ensemble des associations musulmanes de la commune afin de trouver les meilleures réponses possibles au déficit de mosquées sur notre territoire communal. De ces tours de tables, de ces discussions auxquelles a pris part l'Association des musulmans de Pantin, membre de l'UAM 93, ont émergé deux projets qui verront le jour sous peu. Dans le quartier des Quatre-Chemins, la mosquée du 9 rue Honoré sera démolie et reconstruite dans les prochains mois afin de mieux répondre aux exigences de ceux qui la fréquentent. Dans le quartier des Courtillières, une nouvelle mosquée verra le jour. Prévue dans le plan ANRU pour le quartier, cette mosquée sera édifiée par la communauté musulmane pantinoise sur un terrain mis à sa disposition par la Ville, sous la forme d'un bail emphytéotique administratif.
 
De tels dialogues, de tels projets me semblent porteurs de promesses pour l'avenir. Ils constituent un progrès pour Pantin tout comme le travail de votre Union permet à n'en pas douter des progrès dans l'ensemble de notre département.
 
Mon souhait consiste à ce que de telles pratiques se généralisent et se pérennisent jusqu'à ne plus représenter des progrès mais une tradition.
 
Comme le disait Edouard Herriot, « la tradition, c'est le progrès dans le passé. Le progrès, dans l'avenir, ce sera la tradition ».
 
Faisons donc en sorte, tous ensemble et dans l'avenir, que cette citation s'avère une vérité, afin que chaque année, les progrès constatés à l'occasion du dîner de l'UAM 93 contribuent à élaborer une tradition de tolérance, de partage et de vivre-ensemble, source de fierté commune.
 
Je vous remercie

vendredi 12 décembre 2008.
Bertrand KERN, Maire de Pantin

Source : Kern
 
 


 

 

Commentaires  

 
+1 #5 Rachida 2010-12-31 21:20 Le discours de Kern est pas mal du tout, car il met en valeur l'un des aspects fondamentaux de la laïcité que les français ont fini par oublier en raison des campagnes médias et l'ambiance que cela a créée, à savoir l'égalité de toutes les religions aux yeux du pouvoir et la liberté de l'exercer, surtout dans des lieux décents. Avec une telle acception, il est évident que l'islam ne pose plus de problème, mais c'est justement ce que les médias et la sphère influente ne veulent pas. Il faut continuer à anesthésier les français avec le danger que représente l'islam pour leur faire oublier que les politiques n'ont pas de réponses à leurs préoccupations majeures.
Félicitations
Citer
 
 
+3 #4 nidhal abu nasser 2010-12-29 20:38 baraka alah fikoum et merci boucoup

nidhal

Gaza
Citer
 
 
+3 #3 Pierre Delmas 2010-12-29 18:18 J'ai trouvé ce discours très bien adapté à son contexte, le dîner annuel de l'UAM93. Ce Maire, que je ne connaissais pas, y a gagné toute mon estime, pour son ouverture d'esprit, et sa volonté manifeste de coopérer d'autant plus avec la communauté musulmane que celle-ci est bien souvent dénigrée, dans une France dont la laïcité se dégrade, au détriment en particulier de l'Islam, et d'autre religions qualifiées sans raison de sectes. Citer
 
 
0 #2 yassin 2010-12-29 17:53 D'accord avec Bruno sur le vide de sens de ces propos,mais ça plait car les politicards savent comment flatter les bas esprits…Et l'UAM est apparement ravie de ces diners de cons qui voudraient mais n'ont pas l'impact des diners du CRIF que ceux-ci dénoncent mais plagient… Citer
 
 
0 #1 Bruno Drweski 2010-12-29 11:50 Après avoir dit tout cela, qu'a-t-il dit ? …Rien, des mots vidés de leur sens, rien sur les sujets qui divisent, rien sur les manipulations de l'identité nationale, rien sur la laïcisme comme antithèse agressive de la laïcité pacifique, rien sur les politiques d'inégalité sociale, rien sur les discriminations sociales, ethniques, religieuses, de quartier, rien sur le système usuraire qui mine les budgets des classes populaires, en particulier pantinoises et en particulier musulmanes …Un discours qu'aurait tout autant pu faire un notable de l'UMP ou d'un autre parti "systémique". Cela n'a rien de républicain, au sens robespierrien du terme. Citer
 

Ajouter un Commentaire


Nous contacter

UAM93 
Union des Associations Musulmanes
de la Seine-Saint-Denis 
Adresse : 23, rue Edgar Degas
93600 Aulnay-sous-Bois 
Tél. : 06 19 89 93 74
Tél. : 06 01 99 34 57
Fax : 09 55 36 29 66
Mail : contact@uam93.com

Article en Rapport


Liens commerciaux

Chroniques