Report de l’ouverture de la mosquée de Stains (93)

L’association Centre Culturel Franco-Egyptien « Maison d’Égypte » gestionnaire de la mosquée Al Rawda de Stains annonce le report de

Lire la suite

Ramadan 1438 débutera le samedi 27 mai 2017

L’Union des Associations Musulmanes de la Seine-Saint-Denis (UAM-93) a le plaisir de vous annoncer que le 1er jour du mois

Lire la suite

Le gérant d’un restaurant de Tremblay-en-France refuse de servir deux femmes en raison de leur voile : le droit français est bafoué

Le Cénacle, restaurant gastronomique de Tremblay-en-France, s’est illustré hier soir, le samedi 27 août 2016, par l’islamophobie aveugle de son gérant. L’homme qui est également le chef cuisinier de l’établissement a refusé de servir deux clientes en prétextant que, puisque voilées, elles seraient des « terroristes ».

Lire la suite

Kepel, le djihadisme, la crise de l’islamologie et « l’humanisme bourgeois tardif »

Juste après la révolte des banlieues de l’automne 2005, la direction de l’EHESS organisait les «  états-généraux  » de la recherche en sciences sociales pour dresser un bilan. Mais ce qui restait de l’islamologie n’a pas participé à ce début d’examen de conscience collectif. Ni les représentants de l’islamologie «   politisée   », ni les sociologues de l’ISSMM ne se sentirent concernés. Les islamo-politistes étaient en train d’essentialiser les problèmes de l’Islam politique. Et, au nom d’une singulière conception des relations entre «   le savant et le politique   », l’ISSMM, avait repris allègrement à son compte l’optimisme, sur l’Islam et sur l’intégration, du président du Haut Conseil de l’Intégration, un ancien ministre pour lequel la direction de cet institut manifestait une révérence obséquieuse. La révolte des banlieues de l’automne 2005 sonnait comme un démenti cinglant au discours «   politiquement correct   » et «   islamiquement correct   » de l’ISSMM, qui avait plus plus à voir avec les échéances électorales qu’avec l’impartialité du chercheur.

Lire la suite

Imam en France, une «profession» sans statut

Après les attaques de janvier 2015 contre l’hebdomadaire satyrique Charlie Hebdo, Bernard Cazeneuve avait décidé d’imposer un diplôme universitaire aux imams venus de l’étranger, dont la majorité est turque.

Lire la suite

Le gouvernement sonne la mobilisation des acteurs musulmans contre la radicalisation

Lutter contre la radicalisation, une « responsabilité majeure » pour les musulmans: le gouvernement a martelé ce message lundi lors de la deuxième « instance de dialogue avec l’islam de France« , appelant à une riposte religieuse contre le succès ravageur de la propagande jihadiste.

Lire la suite

Nathalie Kosciusko-Morizet propose une taxe sur le halal mais qui en profitera ?

Nathalie Kosciusko-Morizet, candidate à la primaire Les Républicains, était l’invité de l’émission « On n’est pas Couché » de Laurent Ruquier. Lors de son passage face aux deux chroniqueurs vedettes, l’ex-Ministre a proposé l’une de ses mesures phares la mise en place d’une taxe sur la viande halal qui sera reversée à une caisse de financement des mosquées.

Lire la suite

Salle prêtée à des Salafistes par la mairie d’Aulnay-sous-Bois : Beschizza livre sa vérité

Cette semaine, l’hebdomadaire Marianne a mis en cause Bruno Beschizza le maire LR d’Aulnay-sous-Bois, en affirmant qu’il a prêté « gracieusement » une salle municipale à une organisation salafiste de la ville. Face à la polémique, il livre sa vérité à Valeurs actuelles. Et contre-attaque : « seul l’Etat a le droit de mettre en rétention administrative une personne ».

Lire la suite

Finance islamique : « Mon rêve est d’ouvrir une agence au Maroc », affirme Sonia Mariji

La finance islamique en est à ses débuts en France notamment avec Noorassur, la première entreprise d’assurance halal dans l’Hexagone. Dans un entretien avec Yabiladi, la fondatrice, Sonia Mariji, revient sur l’apport de la finance islamique dans l’économie française et se confie sur ses plans pour son pays d’origine.

Lire la suite
Page 1 sur 12912345102030Dernière page »